A l’initiative du Bureau de gestion de l’éducation préscolaire (BUGEP), en partenariat avec l’Unicef, un atelier de trois jours se déroule, du mercredi 14 au vendredi 16 mai, au Club Indigo (Montruis), en vue de réfléchir sur la stratégie de recrutement et de formation des ressources humaines pour la Petite enfance et l’élaboration d’un curriculum pour le préscolaire.

C’est le directeur général du ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP), M. Denis Cadeau qui a procédé, mercredi, à l’hôtel Les Palm (Pétion-Ville), à l’ouverture officielle de cet atelier.

La cérémonie s’est déroulée en présence des partenaires techniques et financiers du MENFP, notamment l’Unicef et l’Unesco. Mais aussi des cadres du ministère et des acteurs locaux impliqués dans le secteur éducatif.

L’organisation de cet atelier entend porter les participants à se prononcer sur la pertinence des propositions qui sont faites à travers le document qui définit la politique publique relative à la prise en charge de la Petite enfance en Haïti.

Il est aussi question d’envisager l’applicabilité et la faisabilité de ces propositions. Mais aussi d’identifier les difficultés, les contraintes dans le but de faire des propositions pour les améliorer et/ou les compléter et les mettre en œuvre.

Pour ce qui concerne le curriculum pour le préscolaire, l’objectif de l’atelier vise à favoriser l’appropriation par les participants de la proposition du curriculum ; d’identifier ses forces et faiblesses, d’envisager les possibilités qu’il ouvre et les menaces sur la mise en œuvre et, finalement, recueillir les suggestions de ceux-ci pour la compléter et l’améliorer.

Prendront part à cet atelier qui fait suite à la validation, en décembre 2012, du document de politique de la Petite enfance (DIPE), des directeurs d’école normale préscolaire, des directeurs d’école préscolaire accueillant les enfants de 3 à 5 ans, des cadres du BUGEP, des partenaires techniques et financiers et des cadres de diverses directions techniques du ministère de l’Éducation nationale.

Dans ses propos de circonstance, le directeur général Denis Cadeau a mis l’accent sur l’importance capitale de ce sous-secteur qu’est la Petite enfance pour le ministère et la direction générale en particulier.

« Il s’agit d’un exercice de haute portée, inscrit dans une logique d’un travail organisé », martèle M. Cadeau, avant d’informer que le MENFP s’engage depuis plus de 20 ans à la prise en charge effective de la Petite enfance.

Le numéro 2 du MENFP rappelle par ailleurs que l’axe 4 du Plan opérationnel 2010-2015, indique clairement que l’État s’engage à mettre en œuvre une politique de prise en charge de la Petite enfance, dont la finalité est de permettre aux enfants, notamment ceux des familles les plus pauvres, de vivre et de grandir en bonne santé physique, émotionnelle et mentale.

« En ce qui a trait à la première enfance, le PO se donne deux objectifs : assurer la protection et le développement intégral de la Petite enfance et renforcer la gouvernance de ce sous-secteur.

Selon M. Denis Cadeau, relativement à ses objectifs, quatre indicateurs de résultats sont prévus. Une loi portant organisation de la protection et le développement de la Petite enfance ; la disponibilité des ressources matérielles et immatérielles ; des rapports périodiques ou documents de travail ; la mise en place des dispositifs pour la prise en charge des enfants de 0 à 3 ans.

En ce qui concerne le préscolaire, poursuit-il, le Plan opérationnel se fixe deux objectifs également : augmenter l’accès des enfants de 4 à 5 ans à l’éducation préscolaire publique et améliorer la qualité de l’éducation préscolaire.

Relativement à ses objectifs, avance-t-il, cinq indicateurs de résultats sont prévus : 100/100 des écoles fondamentales publiques disposent de deux salles préscolaires équipées d’ici à 2015 ; la proportion d’enfants de 4 et 5 ans dans le préscolaire public est passée de 7% à 40% avant la fin de 2015 ; le niveau de changement observé chez les moniteurs dans l’application des méthodes et pratiques pédagogiques ; 100/100 des enfants du préscolaire public disposent de matériels didactiques d’ici à 2015 ; ces enfants du préscolaire bénéficient d’un repas équilibré à partir de 2011.

Texte et photo : Alix Laroche
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.