P-au-P, 10 déc. 2015 [AlterPresse] ---

Le Ministère de l’éducation nationale et de la formation professionnelle (Menfp) entend travailler à l’élaboration d’une politique nationale du numérique dans le système éducatif haïtien, au terme des assises nationales tenues à Port-au-Prince, le mercredi 09 décembre et auxquelles a assisté l’agence en ligne AlterPresse.
Il faut qu’il y ait une ligne d’action dans l’utilisation du numérique au niveau du système éducatif pour développer des synergies et d’aller tous vers les mêmes pratiques, recommande le directeur général du Menfp, Renold Telfort, lors de la clôture de ces assises débutées le mardi 08 décembre.
Le ministère français de l’éducation est en train de travailler avec le Menfp sur un protocole d’accord en vue de créer un lieu de partage pour accompagner Haïti dans le développement de l’infrastructure technologique et numérique, indique-t-il.
Au niveau des centres de formation, le numérique représente un raccourci extrêmement puissant dans les activités de formation des maîtres, fait valoir Renold Telfort qui dit souhaiter le développement de cette politique du numérique dans le système éducatif haïtien.
Le chef du service de coopération à l’ambassade de France en Haïti, Laurent Bonneau, souligne une faiblesse dans la place du numérique dans l’éducation en Haïti.
« L’enjeu pour nous est d’arriver à compléter la formation présentielle avec le numérique de façon à pouvoir démultiplier les moyens de formations et permettre à l’ensemble des maîtres ayant un permis provisoire d’enseigner (Ppe) d’acquérir définitivement ce permis nécessaire à l’amélioration de la qualité de l’enseignement », affirme-t-il.
« Il y a urgence et quand il y a urgence, il faut aller puiser dans des solutions nouvelles », estime le directeur de la formation professionnelle du Menfp, Guy Serge Pompilus.
« Cela fait trente ans que nous vivons avec les technologies de l’information et de la communication, cela fait soixante ans que nous travaillons avec les ordinateurs et cela fait cinq ou six ans depuis que nous avions une révolution sur les mots et sur les outils de formation », avance-t-il.
La direction de la formation professionnelle a pour mandat de préparer un document dénommé plan national de formation des enseignants et des personnels d’encadrements, fait-il savoir, annonçant que d’ici la fin du mois de janvier 2016, un plan de mise en œuvre sera disponible.
Inquiétude des organisations syndicales
Le coordonnateur général de l’Union nationale des normaliennes et normaliens haïtiens (Unoh), Josué Mérilien, se dit préoccuper par rapport à la suite que le Menfp compte donner à ces assises pour permettre l’intégration du numérique dans le système éducatif.
« Le numérique n’est qu’un outil, si le professeur n’a pas la formation initiale pour exercer le métier, ce sera peine perdue », avertit la secrétaire exécutive de la Confédération nationale des éducateurs haïtiens (Cneh), Magalie Georges.
Les assises déroulées les 8 et 9 décembre s’inscrivent dans la logique de la réforme éducative en cours, par des mesures fondamentales pour l’amélioration de la gouvernance et de la qualité de l’éducation.
Elles visent, entre autres, à informer sur les expériences en cours, en Haïti, en matière de formation avec les Technologies de l’information et de la communication en éducation (Tice), ainsi que les opportunités offertes par ces outils pour parvenir à la requalification du corps enseignant haïtien.
Organisée par le Menfp, en collaboration avec l’ambassade de France en Haïti et le Centre international d’études pédagogiques (Ciep), cette initiative entre dans le processus de la réforme éducative en cours et des accords conclus entre les présidents français François Hollande et haïtien Joseph Michel Martelly pour le renforcement du secteur éducatif en Haïti.