Une grande partie de la couverture végétale a été ravagée dans les départements du Sud, de la Grande Anse et des Nippes, lors du passage de l’ouragan Matthew.
12 079 kilomètres carrés, représentant 17 bassins versants (sur un total de 30), soit 43.6% du territoire national sont affectés par l’ouragan, indique un document du Ministère de l’environnement intitulé « évaluation préliminaire post-Matthew ».
resized Screenshot_-_22-10-16__10_40_0487422 hectares des aires marines protégées et 47 136 hectares des terres protégées sont également frappés dans le département du Sud. Les massifs la Hotte et la Selle, deux réserves de biosphère reconnues comme patrimoines mondiaux par l’Unesco, sont dans une situation de détérioration. Des espèces fruitières et forestières ont été littéralement détruites.
Le Ministère de l’environnement a enregistré la disparition et le tarissement des sources au niveau des départements du Sud, de la Grande Anse et des Nippes. Des pertes de terres agricoles, la disparition des plages et la diminution des superficies de plages sont aussi recensées.
Le passage de l’ouragan sur Haïti va entraîner la perturbation des services éco-systémiques, en rapport à la disponibilité de l’eau, la salinisation des terres, après la remontée de l’eau de mer dans les parties basses, la rareté du bois provoquant les difficultés d’alimentation des ménages en énergie, la diminution des activités de pêche et la disparition des espèces pélagiques.

resized Screenshot_-_22-10-16__10_41_45Pour remédier à cette situation, le Ministère de l’environnement recommande, dans une optique de durabilité, la création d’activités urgentes, génératrices d’emplois, dans le cadre d’un plan structurant, qui doit intégrer le plan global du gouvernement.
Parmi les recommandations, figurent aussi la mobilisation des fonds auprès des bailleurs, pour renforcer l’effort national, la confrontation des données de terrain avec celles fournies par les imageries satellitaires du Centre national de l’information géo-spatiale (CNIGS). Dans la perspective d’obtenir des données plus pertinentes, le Ministère haïtien de l’environnement a déployé plusieurs équipes sur le terrain, de concert avec d’autres institutions nationales.
En réalité, ce sont plusieurs millions de tonnes métriques de terre qui sont perdues, révèle le Ministère de l’agriculture, des ressources naturelles et du développement rural (MARNDR).
« Sévèrement endommagées, toutes les filières du secteur agricole ont besoin actuellement d’un accompagnement important pour son relèvement », souligne ce ministère, qui annonce un plan de relèvement dans le secteur agricole.

Collectif Haïti de France