Après une année scolaire « fantôme » : Reprise, Défis et Inégalités.

En mars 2020, suite à ses deux premiers cas d’infection au Covid -19, l’Etat haïtien a décidé d’instaurer un état d’urgence sanitaire incluant mesures de confinement, distanciation sociale, … Les universités et les écoles ont notamment fermé leurs portes.

Cette fermeture « sanitaire » des écoles faisait suite à plusieurs périodes de « pays-lock » en 2018 et 2019, jetant les doutes sur les niveaux de formation pour cette année scolaire. Beaucoup imaginaient déjà (les rumeurs ont propagé rapidement ce point) que l’année serait purement et simplement annulée. Il est clair que les implications sur la surpopulation des 1ères années (déjà fortement présente auparavant) auraient de profondes conséquences. Le Ministère de l’Éducation Nationale et de la Formation Professionnelle (MENFP) a donc adapté l’année 2020-2021 pour maintenir le cheminement scolaire.

Ainsi, les écoles ont réouvert et pour certaine dès août afin de rattraper autant que possible les matières. Ces semaines complémentaires ont permis d’arriver aux contrôles certificatifs fin octobre 2020 (du moins dans la plupart des écoles).

Le calendrier scolaire officiel du MENFP a fixé la rentrée des classes 2020-2021 le 9 novembre. La fin de l’année scolaire sera également déplacée. En effet, la session d’examens est prévue jusqu’au 31 juillet 2021.

Plusieurs mesures sanitaires restent d’application, notamment la distanciation ainsi que le lavage des mains, … Ces mesures mettent le doigt sur les inégalités déjà présentes dans les différentes écoles. L’accès à l’eau potable, aux infrastructures sanitaires, les classes surpeuplées, … renforcent la pertinence des stratégies existantes (« classiques ») des projets.

La situation souligne également un nouveau défi, une nouvelle urgence : la numérisation - l’école en ligne (appelée Télé-école). Le Ministère MENFP a développé sur son site des outils pédagogiques développés avec une plateforme mise en place (Cette plateforme a pour fonction d’accompagner les élèves dans la poursuite de leur apprentissage durant la période de « confinement », à travers des cours audiovisuels, diffusés sur des stations de radio et de télévision, en particulier la radio-télévision nationale d’Haïti). Et bien que quelques écoles privées soient en mesure de fournir l’environnement adéquat, la plupart ne peuvent ni apporter l’accès à l’électricité, aux canaux médiatiques de diffusion, l’équipement média, la formation des enseignants,…

Etant donné la configuration du système scolaire haïtien (les écoles privées représentent 80% du système éducatif haïtien), l’hétérogénéité des investissements risque de mener au constat : la « télé-école » renforce les inégalités scolaires en Haïti.

Ces défis doivent donc être relevés (pas seulement pour cette crise sanitaire mais également pour les futures crises, « pays-lock », …) et nécessitent l’implication des différents acteurs, y compris notre Plateforme Haïti.be et ses partenaires.

Benoît Michaux

ADI et PRO-ACTION DEVELOPPEMENT

Infos Contact

  www.plateformehaiti.be

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

We use cookies on our website. Some of them are essential for the operation of the site, while others help us to improve this site and the user experience (tracking cookies). You can decide for yourself whether you want to allow cookies or not. Please note that if you reject them, you may not be able to use all the functionalities of the site.

Ok