Haïti Jazz Festival

 

“Une des rares choses qui nous restent”


Un festivalMike del Ferro de jazz en Haïti ? Les autres membres de la rédaction ont réagi avec surprise quand j'en ai parlé. Et oui, parler d'un festival international annuel de jazz avec des étoiles de renommée internationale ne fait pas directement penser à Haïti. Et pourtant la quatorzième édition du festival s'est de nouveau tenue cette année en janvier. Le programme pour l'année prochaine a déjà été publié sur internet, avec entre autres une prestation du pianiste de jazz néerlandais Mike del Ferro.

Du fait de la pandémie de corona, on imaginerait que le festival serait annulé. Et c'est peut-être ce qui arrivera pour ce qui concerne les participants internationaux. Mais on m'assure en Haïti que, dans ce cas, les organisateurs décideront à coup sûr d'en faire un événement avec seulement des artistes haïtiens. Car Port-au-Prince sans festival de jazz : impossible!

Peyi lok

Les organisateurs ont eu le temps de s'habituer à tout : l'an dernier également, on a douté de la possibilité de pouvoir laisser se dérouler cette fête de la musique. Haïti est depuis plus de deux ans le théâtre de troubles politiques et sociaux. Le Président Jovenel Moïse est suspecté d'implication dans de la corruption à grande échelle. Et le pays touche le fond au point de vue économique maintenant que le Venezuela a cessé de fournir aux Haïtiens du pétrole subsidié. Un an avant que le monde se confine à cause du corona, Haïti a déjà vécu un confinement : peyi lok, pendant lequel les écoles et beaucoup d'entreprises et de commerces sont restés fermés. Plusieurs quartiers populaires dans la capitale Port-au-Prince sont sous la coupe de guerres de bandes. Des membres de bandes sont assassinés, mais aussi des victimes innocentes, et même des enfants. Des organisations des droits humains sonnent l'alarme, mais les autorités n'agissent pas et le monde regarde ailleurs.

Pendant que j'écris ceci, fin août, cela fait une semaine que la tempête tropicale Laura a soufflé sur le pays et provoqué beaucoup de dégâts. Au moins trente personnes sont mortes. Et chaque jour des gens sont assassinés, avec comme point culminant provisoire le meurtre, le 28 août, de Monferrier Dorval, le bâtonnier de l'ordre des avocats. Et malgré çela, organiser un festival de jazz ?

Un amateur

Haiti festivalCela caractérise l'énorme force de volonté et la capacité de persévérance de certains Haïtiens. On ne
les trouve pas seulement dans la musique, mais aussi dans la littérature, le monde des ONGs et les organisations de droits humains. Ce sont des gens instruits, avec suffisamment de contacts à l'étranger pour pouvoir partir et se construire un avenir ailleurs. Mais ils choisissent de rester malgré tout en Haïti et d'y réaliser quelque chose. Comme le festival annuel du livre “Livres en Folie”, qui connaît cette année sa vingt-sizième édition, cette fois en ligne. Toujours un énorme succès ; en 2011, un an après le tremblement de terre destructeur, j'étais depuis tellement longtemps dans la file d'attente avec des amis et des collègues que nous avons dû faire demi-tour : il y avait trop de visiteurs.

Les organisateurs du festival de jazz, Milena Sandler et Joël Widmaier, sont des exemples éclatants d'Haïtiens inspirés et concernés tel que décrits ci-dessus. “Nous n'avons jamais sérieusement envisagé d'annuler le festival”, dit Sandler dans une interview avec JazzTimes. “Nous étions surtout préoccupés de comment nous pourrions payer les artistes, et nous voulions être sûrs que la sécurité soit garantie. Quand une 'pause' se produisit en décembre après trois mois pendant lesquels les gens ne pouvaient sortir de chez eux, nous savions qu'il était très important pour nous de donner aux gens la joie que nous voyons maintenant dans leurs yeux.” Le festival de jazz est une des rares choses qui nous restent, lui avait dit un amateur.

Jamsessions

HT Jazz festivalNaturellement, on doit payer pour certains concerts car oui, organiser un festival international coûte cher. Une action de financement participatif a aidé à faire face au retrait de sponsors. Mais on trouve aussi de nombreux concerts gratuits, dont chacun peut profiter. Et les jamsessions qui ont lieu après les concerts, par exemple dans des restaurants, sont légendaires. On peut lire comment cela se passe alors dans cette réaction fin janvier d'un fidèle du festival :
Se souvenir du Bolero de Ravel en Haïti à onze heures par une soirée d'hiver à 25 degrés ? Ce n'est possible qu'à Pétionville, en périphérie de Port-au-Prince, alors qu'après la partie officielle du Festival de Jazz en Haïti, environ deux cents amateurs de musique participent à une jamsession dans la brasserie Quartier Latin. Au piano, le pianiste de jazz néerlandais Mike del Ferro entraîne ses musiciens dans un rythme toujours plus rapide qui met toute la tente en mouvement.

Le festival dure une semaine et attire des participants d'une dizaine de pays dispersés sur trois continents. La foule de fidèles est composée surtout d'Haïtiens et d'un groupe d'expatriés habitant sur place.

La Brasserie Quartier Latin, créée jadis par un Belge et exploitée depuis une dizaine d'années par un Néerlandais, est un des partenaires participants et peut compter chaque soir pendant le festival sur des visiteurs (musiciens et public) qui “descendent” d'autres lieux pour une dernière portion de musique et un petit verre.

Chez un collègue un peu plus loin résonne le saxo mélancolique du célèbre saxofoniste haïtien Turgot Theodate (ou s'agit-il de John Coltrane ?). Les gens du coin avec moins de moyens financiers sont entretemps en train de construire une fête sur la place Boyer, que jouxte le restaurant. Et des échos de jazz populaire haïtien et de la musique du monde jazzy de Mike se mêlent dans un creuset social, politique et ethnique de personnes qui partagent l'amour du rythme et de la fête. Pour peu on se croirait dans la Nouvelle Orléans d'avant l'ouragan Katrina.

La nuit est encore jeune et demain nous verrons bien si la route de l'aéroport est ouverte (des manifestations sont prévues comme conséquence des pénuries alimentaires). Que disaient déjà les empereurs romains ? Quelque chose sur le pain et les jeux ? Malheureusement ici le pain est souvent oublié...

Malédiction

Masterclasse avec MikeLe pianiste de jazz Mike del Ferro vient déjà depuis plusieurs années en Haïti, où il est devenu l'ami de Joël Widmaier. Il a joué dans plus de cent pays et le Brésil est l'un de ses favoris. Il voit de claires correspondances entre les musiques des deux pays, et y ajoute le reste des Caraïbes. Tous ces pays ont une forte tradition carnavalesque et des rythmes (typiquement latino-américains) comparables. Avec, à côté de cela naturellement, l'influence de l'Afrique de l'Ouest surtout. Tout cela se retrouve dans la musique. Del Ferro reste stupéfait qu'on entende encore aujourd'hui tant de rytmes et de sons authentiques.

Malgré les problèmes, Del Ferro aime visiter Haïti. Mais on dirait qu'une malédiction frappe le pays, dit-il, surtout quand on compare le pays à sa voisine la République Dominicaine ; une ligne de fracture claire sépare les deux pays. Mais lui aussi observe que, plus la situation est difficile dans un pays, plus forte est la base de gens qui essaient de réaliser quelque chose. Des gens comme Widmaier.

La musique haïtienne connaît une large panoplie d'expressions : Rara, Racine, Troubadour, Chanson, Compas et naturellement jazz. Tout cela se trouve réuni au moins une fois par an : pendant le carnaval, où les groupes jouent au moins deux cents morceaux, issus de tous les styles de musique. Quelque chose de semblable se produit au festival de jazz : les musiciens combinent différents rythmes et styles en jazz typiquement haïtien. Et à ma grande surprise se produit aussi pendant le festival un de mes chanteurs favoris, BélO, et je constate que j'avais dans mon armoire sans le savoir un Cd de musique de l'organisateur du festival Joël Widmaier. En cette période de musique à domicile, je peux organiser mon propre mini festival de jazz.

(Cet article est une contribution au Special Film-musique-streetart, automne 2020)

Els Hortensius

Infos Contact

  www.plateformehaiti.be

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

 

 

We use cookies on our website. Some of them are essential for the operation of the site, while others help us to improve this site and the user experience (tracking cookies). You can decide for yourself whether you want to allow cookies or not. Please note that if you reject them, you may not be able to use all the functionalities of the site.

Ok