WEBMASTER

Demandant de mettre fin à l’impunité généralisée en Haïti, le parlement européen préconise d’accompagner un processus de transition, mis en œuvre par les organisations sociales et de la société civile haïtienne

P-au-P, 20 mai 2021 [AlterPresse] --- Contrairement aux États-Unis d’Amérique, le parlement européen exprime de vives préoccupations, face aux conditions, dans lesquelles devraient se tenir, cette année 2021, le référendum inconstitutionnel et illégal ainsi que des élections en Haïti, dans une proposition de résolution sur la situation haïtienne, en date du 18 mai 2021, consultée par l’agence en ligne AlterPresse.

L’exercice démocratique ne peut pas se faire dans un climat de violence, d’insécurité et de corruption généralisée, souligne le parlement européen, rappelant également combien les élections envisagées, cette année 2021, en Haïti, sont perçues comme illégitimes par une large partie de la population nationale.

Le parlement européen exprime sa ferme condamnation contre « toute ingérence politique de la part de puissances étrangères, au premier rang desquelles les États-Unis d’Amérique, dans la vie du pays, afin de maintenir à tout prix au pouvoir un gouvernement favorable à leurs intérêts géostratégiques et à ceux de leurs firmes ».

Il invite l’Union européenne (Ue), ses états membres et tout particulièrement la France, à accompagner un processus de transition, mis en œuvre par les organisations sociales et de la société civile haïtienne.

Tout en rejetant tout processus de mise en place d’une transition, la secrétaire d’État adjointe américaine, par intérim au Bureau des affaires de l’hémisphère occidental du département d’État étasunien, Julie Chung, a souhaité, pour sa part, l’organisation d’élections libres et équitables, en 2021, avec le pouvoir en place, dans un discours, prononcé à l’occasion de la commémoration du 218e anniversaire du drapeau haïtien, le mardi 18 mai 2021.

Les élections législatives constituent le moyen démocratique pour mettre fin à la gouvernance prolongée d’Haïti par décrets, insiste-t-elle.

Des mobilisations contre le référendum inconstitutionnel et illégal de Jovenel Moïse et pour dénoncer le soutien de la communauté internationale à la dictature en Haïti, ont eu lieu, en Haïti et aux États-Unis d’Amérique, à l’occasion de la commémoration du 218e anniversaire du drapeau haïtien, le mardi 18 mai 2021.

Le parlement européen estime qu’une priorité absolue pour l’exercice de la démocratie devrait être de mettre fin à l’impunité généralisée dans le pays.

Les responsables des violations des droits humains, notamment, doivent être jugés, de façon juste et équitable, concernant les massacres récurrents ainsi que la corruption en rapport notamment au scandale de la dilapidation des fonds PetroCaribe de l’aide vénézuélienne à Haïti, exige-t-il.

Le parlement européen dénonce aussi la répression gouvernementale, perpétrée contre des manifestations pacifiques, le recours à la force létale, à la détention arbitraire, à l’intimidation, au harcèlement et à la violence sexuelle.

Il exhorte instamment les autorités haïtiennes à renoncer immédiatement à l’usage de la force contre les manifestants pacifiques, et à respecter le droit des communautés à manifester librement et pacifiquement.

Le parlement européen dit s’alarmer des violations constantes des droits humains en Haïti, de la mainmise de zones entières par des gangs armés et des allégations répétées de la complicité d’autorités publiques dans ces violences.